Ethique > Chasse

Photos en fin d'article

Le lobby de la chasse se fait courtiser par les politiques de manière fréquente car c'est le plus puissant groupe de l'Assemblée nationale, loin devant les autres. En 2016, 115 élus sont membres du groupe chasse, contre 31 au groupe maladie orpheline, 60 au droit de l'enfance et protection de la jeunesse, 40 pour la protection des animaux. De fait, les lois et les arrêtés qui encadrent la chasse vont tous dans le sens de ses adeptes. Quelle que soit la couleur politique du gouvernement en place, les chasseurs reçoivent des cadeaux en période électorale. Ce sont en général des allongements des périodes de chasse totalement illégaux.
Cette pratique revendiquée comme un sport par ceux qui la pratiquent est dangereuse à plus d'un titre :
  • Tout d'abord pour les 30 millions de victimes non-humaines chaque année rien qu'en France (développement dans la suite)
  • Pour les 5 saisons de chasse de 2011 à 2016, on a répertorié 704 accidents dont 80 concernaient des NON-chasseurs.
  • Les armes (fusils à canon lisse pour le petit gibier, carabines à canon rayés pour le gros gibier) peuvent atteindre une cible à 3 kms alors qu'elles ne sont précises qu'à 300 m
  • Un chasseur n'est soumis à aucun test d'alcoolémie, aucun test de santé (problème de vue, Parkinson...), et son arme à aucun contrôle d'état.

Passe-droits : La chasse peut être pratiquée dans la majorité des réserves naturelles. Quant aux parcs naturels régionaux, elle n'y est jamais interdite. En France, sous la pression des lobbys, les lois sur la protection des espaces ont été progressivement vidées de leur substance et ne signifient plus rien.
Les méthodes :
  • Le fusil ou la carabine en séance ouverte.
  • Le piégeage : attrapant ou tuant. Les pièges tuants se referment instantanément sur l'animal ou le noient. Les pièges attrapant occasionnent des mutilations. Dans les deux cas, il n'est pas possible de sélectionner la victime et donc il arrive très fréquemment que des espèces domestiques (chiens, chats), ou encore des espèces protégées (hérissons, loutres, castors...) en soient victimes - ce qui ne change rien du point de vue anti-spéciste.
  • L'écrasement.
  • L'étranglement.
  • L'épuisement (agonie de plusieurs heures).
  • Le déterrage (vénérie sous terre) : Cette traque consiste à repérer des renards ou des blaireaux dans leur terrier, à lancer des chiens dans les galeries pour les acculer, puis à creuser vers les animaux. Ils sont extirpés à l'aide de grandes pinces métalliques, puis achevés à coups de dague dans le cœur, de bâton, ou de carabine, et enfin jetés - parfois encore vivants - aux chiens.

Les victimes :
  • Avec 30 millions d'oiseaux et mammifères abattus sur son territoire chaque année, la France surpasse tous les autres pays européens. Sur les 100 millions d'oiseaux abattus chaque année par les chasseurs en Europe, 25 millions d'oiseaux, soit le quart, le sont en France.

  • 91 Espèces chassables en France ! Beaucoup plus que chez nos voisins européens (18 espèces en Belgique, 47 en Italie, 35 en Suisse, ...).

  • Chaque année, en France, des millions d'animaux sauvages sont tués, tirés, piégés, empoisonnés ... Considérés comme nuisibles, ils sont inscrits sur une liste noire autorisant leur destruction systématique. C'est ainsi que renards, fouines, corneilles, pies, martres, belettes... sont persécutés toute l'année en toute légalité ! La notion administrative de nuisibles, qui ne signifie rien pour les biologistes, autorise une régulation drastique de ces animaux, toute l'année et sans qu'aucun quota ne soit précisé.

Actuellement, en France, il y a plus de 8000 élevages de « gibiers », dont environ 70 % sont adhérents au syndicat national des producteurs de gibier de chasse.
Animaux élevés annuellement en France :
  • 14 millions de faisans
  • 5 millions de perdrix grises et rouges
  • 1 million de canards colverts
  • 120 000 lièvres
  • 10 000 lapins de garenne
  • « 500 tonnes » de viande de cerfs
  • « 170 tonnes » de viande de daims

Il s'agit de les élever, puis de les lâcher pendant une session de chasse. forcément, ils constituent des cibles faciles car nés en captivité.
Comment peut on appeler cette pratique un sport quand la vie d'un être sentient est en jeu ?


   
    Accueil -- Espace Presse -- Contact -- Mentions légales    
Vous êtes le 5175 ème visiteur - Votre IP : 54.166.203.76